Le chantier de la tour de Mutte à Metz : regards sur la production du fer en Lorraine à la fin du Moyen Age. Fouille de données, analyses prédictives et traitement spatial des données.

Alexandre Disser, Maxime L’Héritier, Philippe Dillmann, Adrien Arles

Résumé


La construction du beffroi de la ville de Metz (Moselle, France), entre 1478 et 1483, a nécessité l'utilisation de plusieurs centaines de renforts ferreux afin
de contribuer à la cohésion de la maçonnerie. Ce chantier se déroule à un moment particulier de l'histoire de la sidérurgie européenne, marqué par la
diffusion du procédé indirect. Cette filière technique est adoptée graduellement par les producteurs de métal, définissant un panorama
sidérurgique particulièrement riche et varié, dont l'étude enrichit notre perception de l'histoire de l'économie et des techniques métallurgiques. Une
étude archéométrique extensive a été réalisée sur les renforts et leurs scellements en plomb afin de déterminer les origines technique et géographique
du fer utilisé. L'exploitation des données chimiques obtenues a nécessité l'utilisation de plusieurs analyses statistiques multivariées afin de mieux
comprendre l'histoire de l'édifice, d'évaluer l'importance du fer produit par procédé indirect sur les marchés du fer lorrains de la fin du Moyen Âge, et
d'identifier les acteurs sidérurgiques engagés dans l'approvisionnement des réseaux d'échange. Cet article présente les étapes successives de l'étude
réalisée, en détaillant pour chacune les facteurs qui ont motivé le recours à différentes analyses statistiques multivariées (analyse en composantes
principales, classification ascendante hiérarchique, régression logistique), ainsi que les principaux résultats obtenus.

Texte intégral : PDF


Creative Commons License
Ce travail est autorisé sous licence avec la Licence de paternité Creative Commons 3.0.

SFdS / SMF - Journal de la Société Française de Statistique - ISSN 2102-6238